Cette vidéo a été réalisé par Les Rhabilleurs pour Oris.

Solène a toujours rêvé d’être fresquiste. Un métier d’art dont le savoir-faire remonte à la nuit des temps, qu’elle sait moderniser afin de donner la parole aux murs au travers de décors contemporains.

Difficile à croire, mais c’est simplement à partir de sable, de chaux et de pigments de couleurs, que Solène Eloy crée ses fresques. Autant de décors muraux dont elle a toujours rêvé… « J’ai commencé à voyager à 18 ans, notamment à Rome, où j’ai découvert la fresque ». Dès l’ors, cet art n’a plus jamais quitté ses pensées au point d’orienter ses études puisqu’elle intégre l’École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art, communément appelé école Olivier de Serres. Une formation associée à une créativité innée. « J’ai toujours eu beaucoup d’imagination et une réelle appétence pour l’art ».

De la passion à la pratique

Aujourd’hui, Solène offre un travail captivant. Ses œuvres, surdimensionnées, à l’aspect minéral, font appel à des techniques ancestrales et assument une réelle modernité. « La méthode traditionnelle représente la base de mon travail, ensuite tout est une question de style. Le mien est contemporain. Je détourne d’ailleurs la fresque avec mes panneaux ammovibles pour en faire un décor nomade. Un bon moyen de faire oublier le coté vieillot de la fresque, mais pas seulement, de la majorité des métiers d’art ». Solène ne le dira pas, modestie oblige,  mais elle représente le mariage parfait entre passé et futur.

Un fait qui l’a naturellement rapprochée d’une manufacture horlogère comme Oris dont les garde-temps font appel à une tradition séculaire et répondent aux attentes du moment. Le parcours de Solène est une vraie réussite qui n’aurait pas été sans son exemplaire volonté.  « J’ai toujours voulu suivre mon propre chemin, c’est le moteur de ma vie ». Un second point commun avec Oris dont la nouvelle signature est « Go your own way ».

Par 14HAUSSMANN.

Crédit photo: Jérôme Burgert